Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cire Cassiar

Le narrateur "Je", parisien, apprend par son ami, Stéphane Opianski, écrivain en herbe et amoureux inconditionnel de l' Inde, qu'il existe une sorte de recueil de tous les êtres ayant vécus, vivants ou qui vivront et que ce document se trouve au Pendjab en Inde.


Ce document, d'une taille incommensurable si l'on considère que 80 milliard d'êtres humains ont vécus à ce jour sur terre, est constitué d'un index et d'une quantité phénoménale de fiches appelées " Pâtra", cet index est une sorte de liste numéro-logique permettant de retrouver la "Pâtra" correspondante à chaque individu. Une "Pâtra" est constitué d'un calendrier céleste, d'un numéro et d'un texte écrit en écriture Sanscrit permettant, à celui qui est capable de la déchiffrer, de prédire l' avenir de la personne concernée. Les dépositaires de ce bien céleste sont considérés comme des devins, appelés aussi Bhrigu Shastri, et sont consultés par des gens venant de toutes catégories sociales et tout horizons.
Le créateur, de ce gigantesque trésor, n'est autre que Bhrigu, fils de Brahma, créateur lui même de tous les dieux hindous. La légende dit que Brahma chargeât son fils, Bhrigu, de découvrir qui était le dieu le plus coléreux, pour cela Bhrigu les provoqua, les agaça et dans sa recherche il marcha sur la poitrine de Vishnou, ce dernier, au lieu de se mettre en colère, lui demanda s'il ne s'était pas fait mal aux pieds, mais sa femme "La Fille de la fortune" frustrée par l'attitude de Bhrigu lui jeta un sort "Toi et ta descendance vivrez dans la pauvreté absolue" et c'est ainsi que pour contrer le mauvais sort il se mit à écrire les "Pâtras" créant ainsi l'avenir, il les transmit à son premier fils afin de voir au travers des siècles.
"Je" décide donc de partir à la recherche de ces archives en compagnie de Stéphane Opianski.
La recherche puis la découverte du devin Ram Koumar passe par différentes émotions, chocs culturels, incompréhension face à la non croyance ainsi qu'un mode de vie aux antipodes des occidentaux.
"Je" apprend, à ses dépends, que Ram Koumar n'est pas le seul dépositaire du trésor, en fait son arrière grand père, qui l'avait retrouvé par hasard chez un chiffonnier, avait partagé le trésor en deux ballots puis en avait des copies afin que personne ne puisse se l'approprier ou qu'il ne se perde à jamais.
Ram Koumar, en fait, ne possédant qu'une partie des "Pâtras", Sneh, la soeur de Ram Koumar, est la deuxième dépositaire, mais le différent qui semble opposé le frère et la soeur empêche "Je" d'accéder au "Pätras" de cette dernière; Il décide néanmoins de tenter sa chance et donne à Ram Koumar une liste de nom avec leur date de naissance; S'attendant à une réponse rapide, il se heurte à l'inertie, au mode de vie, en Inde le temps n'a pas la même valeur qu'en Europe.
Finalement au bout de plusieurs mois de quête, il apprend que sa "Pâtra" est introuvable; Le doute, la colère puis la frustration le plonge dans le désespoir, juste avant de faire ses valises, Ram Koumar vient le voir pour lui transmettre les informations sur deux de ses amies, troublé par des détails précis que lui seul pouvait connaître, il retourne chez lui avec encore moins de certitudes et de réponses que lors de son départ pour l'Inde mais après tout heureux de ne pas connaître son destin.
Quelques temps après son retour, il reçoit un courrier de Ram Koumar lui indiquant qu'il avait retrouvé la "Pâtra" de son ami Stéphane Opianski, les révélations sur son passé sont stupéfiantes de précision, par contre il y découvre plusieurs possibilités de mort, une à 38 ans, une autre à 50 ans et une dernière à 87 ans.
Il semble que les "Pâtras" donne une idée d'ensemble sur la destinée de chacun sans pour autant donner suffisamment de précision.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article