Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cire Cassiar

le voyageur imprudent

Lors d'un hasard planifié par Noel Essaillon, Pierre Saint Menoux, mathématicien, militaire par obligation durant la dernière guerre, se retrouve chez Essaillon.

Ce dernier à découvert une subtance, la noelite, qui permet de voyager dans le temps. Qui n'a jamais rêver de flotter dans les airs, de traverser les murs, les sous-sols, de remonter le temps ou d'explorer le futur.

Pierre St Menoux, après quelques, hésitations succombe à la tentation.

Revêtu d'un scaphandre vert fait de cette subtance et d'un boitier de commande, Pierre St menoux explore par bond succéssifs de plus en plus grand, le futur et atteint aisni le millieme siecle.

Ses découvertes incite Noel Essaillon le suivre, mais étant handicapé il doit s'équiper en conséquence avec l'aide d'Annete, sa fille, qui reste à les attendre.

Au cours d'une de ses explorations, la combinaison d'Essaillon se déchire au moment de retourner dans le présent et celui-ci y laissera sa vie.

Au lieu d'interrompre ses incursions dans le temps, Pierre décide d'aller faire quelques séjours dans le passé, au cours desquelles il commet une imprudence et se retrouve hors de son scaphandre puis directement en prison, accusé de cambriolage.

Fort heureusement, Annete, la fille de Noel Essaillon, voyant revenir le scaphandre vide, viendra le récupérer au nez et à la barbe de ses géoliers.

De retour, il décide de retourner à l'époque de Napoléon et de l'éliminer afin de modifier le sort de la France, mais un concours de circonstance fait que c'est l'ancêtre de Pierre St Menoux qui est tué à la place de Napoléon.

Si son ancêtre meurt avant d'avoir eu un enfant, St Menoux n'a donc jamais existé, donc il ne peut remonter le temps pour tenter de tuer Napoléon, donc son ancêtre est resté vivant, mais s'il est resté vivant, il a eu des enfants,...donc St Menoux existe...... donc il remonte le temps..........

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article