Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cire Cassiar

Issue d'une famille d'agriculteurs du Quebec en 1937, dernier de huit enfants, il grandit au milieu des champs en accord avec la nature.
A douze ans il part faire ses études secondaires au séminaire des pères Oblats ou c'est peut-être là qu'il y découvre la méditation.
A dix-huit ans il retourne sur la ferme il aime les activités physiques et participe à la vie paroissiale mais il commence à se poser des questions existentielles, lorsque les Pères Montfortains lui proposent de partir en Papouasie-Nouvelle Guinée. Il rentre alors au noviciat de Nicolet avec la soutane, puis au scolasticat d'Ottawa ou il y fait des études théologiques et philosophiques et acquiert le sens des responsabilités et de l'autodiscipline qui lui serviront toute sa vie. Il continua ses étude à l'Université de Washington pour y étudier l’anthropologie et la missiologie.
Pour payer ses études il travaillait en plus à l'hôpital général et y appris les rudiments de la médecine et une formation d'anesthésiste dentaire.
Cette première mission en Papouasie nécessitait un avion, donc un pilote et c'est ainsi qu'il apprit à piloter sur un Piper J3. Il fut lâcher en quelques heures et obtint sa licence de pilote quelques semaines plus tard.
Puis ce fut le grand départ en 1960, une mission de six ans. Pendant un an il participera au développement de la mission de Kiunga et, avec l'aide des indigènes, il taillera à la main la future piste d'atterrissage pour le Cessna 185, commandé par les pères Montfortain, afin de faciliter les voyages de ravitaillement et les évacuations sanitaires.
Trente heures d'entrainement sur cette nouvelle machine lui suffiront pour apprendre à le maîtriser sommairement. Ce fut le départ de la grande aventure du service aérien humanitaire.
C'est ainsi qu'il développera son instinct de brousse et s'en servira toute sa vie et dans beaucoup de pays. Ce fut ensuite le Guatemala, le Honduras, le Belize ou il fit la connaissance de sa femme, une infirmière Péruvienne.
Il passa quatre années au côté de Jacques Cousteau, comme pilote personnel de ce grand explorateur-humaniste.
Approché par Wings of Hope et Avions sans Frontières, il fait la promotion de l'aviation humanitaire un peu partout au Canada en donnant des conférences puis c'est le départ pour le Zaïre, qui deviendra la République Démocratique du Congo, il y passera les vingt dernières années de sa carrière de pilote humanitaire.
Dévoué, débrouillard, énergique, chaleureux, souriant, serviable, hors du commun, bref il n'y a pas assez de mots pour dire comment est cet homme.
Pour certain ce fut un ange, pour d'autre un sauveur, un ami, un frère, un pilote émérite classé parmi les meilleurs au monde.
Malgré cela il prit le temps de fonder une famille et d'avoir trois beaux enfants.
Si l'aviation humanitaire est ce qu'elle est encore aujourd'hui, c'est grâce à des hommes et des femmes comme Guy Gervais, qui n'ont pas hésité à donner plutôt que chercher à recevoir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Départ 31/10/2014 05:28

Bel article et sacré personnage que ce Guy Gervais.
Ca me fait beaucoup penser au livre de feu Claude Heiniger "un pilote en mission" aux éditions Karthala.

Cire Cassiar 01/11/2014 01:51

Merci pour le commentaire et la référence, je ne manquerais pas de le lire dès que possible.