Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cire Cassiar

L’ombre de ce que nous avons été

Auteur : Luis Sepulveda – Ed Métaillé – 150 pages – 2010

-----------------------------------------------------

16 juillet, il pleut sur Santiago du Chili, il pleut depuis plusieurs jours. Dans un vieil entrepôt au toit de tôle, trois sexagénaires évoquent leurs souvenirs en attendant l’arrivée de celui qui les a convoqué.

Tous, ex-militant de gauche, de retour au pays après trente-cinq ans d’exil forcé; Ils se rappellent les événements passés qui les ont amenés à se séparer, ils se rappellent ceux qu’ils ont perdus après le coup d’état de Pinochet.

Autour d’un brasero, buvant du vin et mangeant du poulet rôti, ils attendent patiemment l’arrivée du « Spécialiste »

Celui-ci n’arrivera jamais, car au détour d’une rue, il reçoit sur la tête, un tourne disque lancé par une fenêtre lors d’une dispute conjugale, mort sur le coup, il git au pied de la dite fenêtre sous les yeux hagards de la femme en colère. Le couple est atterré, ne sachant que faire, l’homme fouille le mort, trouve un revolver et un mot avec un numéro de téléphone, pendant ce temps la femme déboussolée se saoule de désespoir.

Après de multiples hésitations, il appelle au numéro puis se rend au rendez-vous du spécialiste.

Au même instant un inspecteur de police, proche de la retraite, est appelé sur les lieux et reconnait le mort. Il interroge la femme dessaoulée, qui avoue tout ainsi que la présence du revolver sur le mort, mais elle ne sait pas où est passé son conjoint. L’inspecteur conclu à un accident mais aimerait rencontrer le mari introuvable, le sachant en possession du revolver… il s’inquiète.

Pendant ce temps, les trois comparses rencontrent le dit mari; malgré leur âge, les rides et les cheveux blancs, ils se reconnaissent et décident de tenter le coup, sans le spécialiste.

Le lendemain matin, le mari se rend à la police et leur donne le revolver, l’inspecteur compatissant relâche le couple et ferme le dossier.

Peu de temps après, il est appelé sur les lieux d’un cambriolage hors du commun, en effet, une cloison d’un bar de danseuses a été abattue pour y chercher quelque chose, à la place on y retrouve en évidence, un registre dans lequel se trouve tous les noms de ceux qui ont soutenu Pinochet et bénéficiés de ses largesses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article