Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cire Cassiar

Madame Socrate

Auteur : Gérald Messadié, aux éditions JC Lattes - 2000 / 360 pages

-----------------------------------------------------------

Socrate, Philosophe Grec, 425 ans avant J.C, participe à des soirées libertine en compagnie de
certains de ses disciples dont le non moins célèbre Alcibiade, qui en ce temps la était jeune, beau, riche et possédait déjà une belle réputation.
Réputé pour ses extravagances, son mépris pour les autres et ses soirées chaudes ou il aimait
fricoter aussi bien avec de jeunes filles que de jeunes garçons et parfois même les deux à la
fois.
Son tuteur, Péricles, premier stratège à Athènes et chef du parti démocratique, lui pardonnait
tout et le protégeait contre ses détracteurs, ce qui lui valu bien des soucis.
De son côté, Socrate aimait Alcibiade malgré ses incartades et ce dernier le lui rendait bien.
Lors d'une soirée bien arrosée, Alcibiade et un de ses convives, Philippides, en vinrent aux mots, celui-ci quitta la soirée visiblement très fâché, malheureusement on le retrouva poignardé à mort au pieds des murs de la maison de Socrate.
Xanthippe, épouse de Socrate, le découvrit et voyant la tristesse et la détresse du fils de Philippides, elle se met en tête de découvrir l'assassin contre l'avis de son époux.
Tous les soupçons mènent à Alcibiade, mais celui-ci est innocenté par Socrate, qui se trouvait
lui aussi à la soirée et atteste qu'Alcibiade n'a pu perpétrer ce meurtre étant donné qu'il n'a pas quitté les lieux. Xanthippe, connait bien la réputation du personnage et la liaison qu'il entretien avec son époux, elle le soupçonne d'avoir commandité le meurtre et ne lâchera pas prise pour autant.
Péricles est aussitôt informé et décide d'envoyer Alcibiade diriger une expédition en mer Égée.
Xanthippe, tel un fin limier, interroge les domestiques et l'entourage même d'Alcibiade, sa
détermination et son aplomb lui permettrons d'apprendre le nom de l'auteur de crime,
Téléclides, fervent admirateur d'Alcibiade; aurait agit ainsi afin d'obtenir les faveurs d'Alcibiade.
Se sentant soupçonné, il se fait enrôler auprès de celui qu'il admire et se soustrait ainsi à
la question.
Durant cette période, Athènes qui à des visées d'expansion est divisée intérieurement, Péricles
doit décider s'ils doivent entrer en guerre contre leurs voisins, les Lacédémoniens, dont la
capitale est Sparte.
Arsitophane, écrivain-poète comique, écrit ses plus belles pièces, critiquant tantôt les
démocrates, aux utopie politiques comme dans "Lysistrata", tantôt les partisans de la guerre,
il en est même une ou il critique ouvertement Socrate dans "les Nuées"
Alcibiade revient de sa mission couvert de gloire et en fait profiter par la même occasion son
entourage dont Téléclides.
Libéré de son tutorat et disposant ainsi de toute sa richesse, il reprend sa vie de débauche et
d'extravagance, alors que Xanthippe qui à la rancune tenace, suit Téléclides à la trace.
Socrate, convaincu de la culpabilité de Téléclidès, en fait part à Alcibiade, ce dernier fomente un piège qu'il organise lors d'une soirée ou seront invités, Socrate, Ktiménos et son ami Téléclides.
Lorsqu'une apparition fantomatique fait irruption dans la salle, la ressemblance avec Philippides est si frappante que Téléclides se lève subitement comme s'il avait le diable aux trousses et se précipite dans l'escalier, il rate une marche et se tue, mettant ainsi fin à l'épisode.
Xanthippe n'est pas satisfaite, elle reste persuadé qu'Alcibiade y est pour quelque chose.
L'assemblée d'Athènes décide d'envoyer une expédition vers Syracuse afin de soumettre la région à son autorité; Périclès nomme Alcibiade Général.
La veille de son départ, durant la nuit, toutes les statues du dieu "Hermes" sont mutilées au niveau des parties génitales, tout le monde y voit la une conspiration ou une provocation. Qui aurait pu commettre un pareil crime, les soupçons se tourne aussitôt vers Alcibiade mais la
fièvre du départ des troupes étouffe toutes vélléités et le départ s'effectue en grande pompe.
Une fois le calme revenu, certains membres de l'assemblée relancent le débat sur la mutilation
des statues et finissent par obtenir le retour d'Alcibiade pour comparaître devant eux. Les soupçons cette fois sont tellement lourds qu'Alcibiade et ses compagnons profitent d'une escale pour s'esquiver et rejoindre les rangs des Spartiates. Il leur promet la chute d'Athènes et
leur donne tous les renseignements qu'il possède, trahissant ainsi sa ville natale. Grace à ses
conseils, la flotte Athénienne est décimée; l'Attique est constamment harcelé par les troupes spartiates.
Il profite de sa popularité pour séduire la femme du roi de Sparte et pousse l'affront jusqu’à lui faire un enfant, son comportement lui vaux la disgrâce du roi, ce qui l'oblige à fuir une fois de plus pour se réfugier chez les Perses, pourtant l'ennemi héréditaire des Athéniens.
Pendant ce temps, Athènes enrage et Péricles est déchu de son poste. Les Oligarques prennent le pouvoir et c'est le début d'une période trouble ou les rues, les couloirs et les palais grouillent de sycophantes, de satrapes et de miliciens. Règlements de compte, accusations, emprisonnement, trahisons sont monnaies courantes.
L'Attique attaquée, force les paysans à se réfugier dans Athènes, la promiscuité avec les
paysans, les animaux, les hoplites et le peuple entraîne un manque d'hygiène qui propage la
peste, fléau tout aussi ravageur que la guerre elle même.
Le peuple en a assez et rappelle Péricles, celui-ci mourra peu de temps après de cette peste noire.
On apprendra qu'Alcibiade finira par être assassiné à l'instigation de Lysandre avant qu'il est pu rejoindre Athènes.
Socrate, quand à lui, continue de donner des cours de philosophie à de jeunes aristocrates dont
un de ceux-là deviendra tout aussi célèbre "Platon"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article