Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cire Cassiar

Shakleton, Antartique
un ciel de glace

Octobre 1914, l'expédition "Antarctique" à bord du trois mâts l'Endurance, commandé par Sir Ernest Shackleton, se préparait dans le port de Buenos-Aires avec la bénédiction du roi George V d'Angleterre. Un jeune Gallois, Merce BlacKboro, s'introduisit clandestinement dans le navire avec la complicité de Backwell, un matelot américain, embarqué pour l'expédition, qui fut son compagnon d'infortune sur le John London

En effet, ceux-ci avaient survécu au naufrage de leur navire, échoué sur un récif à 90 km des côtes de Montévidéo et furent recueillis par un pêcheur côtier. L'expédition doit rejoindre la mer de Weddell et aborder la banquise en vue d'effectuer la traversée du pôle à l'aide de traineaux à chien. Caché dans un placard à cirés pendant plusieurs jours, Merce attendra d'être en haute mer pour manifester sa présence. Shackleton, fâché, fit contre mauvaise fortune, bon coeur et intégra le moussaillon dans l'équipage qui en plus de 26 autres membres d'équipage, se composait de 69 chiens de traineaux plus tout l'attirail nécessaire tel que six traineaux à chiens, trois chaloupes, des tonnes d'équipement divers, la nourriture et des rations de survie pour plusieurs mois.

L'expédition fit halte à Grytviken, puis à la station baleinière de Stromness en Géorgie du sud tenue par des Norvégiens. Ils en profitèrent pour charger plusieurs tonnes de charbon, de pommes de terre, du bois et de l'eau douce. Shackleton, qui n'en était pas à son premier essai, veux rejoindre la Baie de Vashel, ancrer son navire pour l'hiver, pendant que lui et plusieurs autres traverseraient le pôle en traîneaux à chiens. Mais voila, tout ne se déroula pas tout à fait comme prévu, la glace est plus présente que d'habitude et gêne la progression du navire qui finit par s'immobiliser à 40 km de la banquise. Coincé dans les glaces pour l'hiver, au milieu de nulle part, commenca alors la survie la plus extraordinaire de tous les temps. Ils affrontèrent des tempêtes de neige avec de vents de 300 km/h et des froids intenses allant en dessous de -50*C. Alors que la banquise dérive lentement, Shackleton espèrera encore se rapprocher de son but, à bord la bonne humeur persistera, l'équipage s'organisera tant bien que mal compte tenu des circonstances. Merce Blackboro sera chargé, non seulement de ranger la bibliothèque de Sir Ernest mais aussi de lire tous les ouvrages sur les expéditions précédentes ou similaires. C'est ainsi qu'il apprendra l'échec de l'expédition Scott, qui trouva la mort, perdu dans le blizzard, trois ans auparavant.

Merce devra aussi s'occuper du moral de l'équipage, travaillant en tandem avec le cuisinier de bord souvent il leur racontera des histoires après les repas. Les jours passeront et Shackleton devra abandonner son objectif devant des conditions météo inhumaines, la perte de la moitié de leurs chiens, la disparition de leur navire broyé par les glaces. Forcé de camper sur la glace par -50*C , ils durent abandonner tout le matériel non essentiel mais tout cela n'entamera en rien la détermination de sir Ernest de ramener son équipage sain et sauf même lorsqu'ils devront tuer les derniers chiens pour pouvoir survivre. Ils n'étaient pas au bout de leur peine, lorsque les glaces se séparèrent, ils durent partir en chaloupe à voile et naviguer au hasard pendant des jours et des jours sur une mer démontée, parsemée de blocs de glace. La pluie, la neige, les déferlantes déversant des tonnes d'eau, noyant ainsi leur couchage et les rations de survie. Ils arrivèrent, mal en point, sur une île ou plutôt un rocher sans vie, sans végétation après des centaines de kilomètres. Ils établirent un campement pour reprendre des forces, six d'entre eux, dont sir Ernest Shackleton, partirent chercher secours vers la Géorgie du sud.

Parmis eux, Merce Blacboro, chargé de préparer les repas pour l'équipage, les matelots Bakewell et Crean, le bosco Vincent et Worsley le navigateur. Ils mettront plus de quinze jours à atteindre la terre, enfin si on peut l'appeler ainsi car elle était couverte de neige et de glace. Drossé par une vague gigantesque, ils échouèrent sur une petite plage de galets et s'abritèrent dans une grotte de glace. Après analyse de la situation, un matelot blessé, la chaloupe à moitié détruite et d'après la carte ils seraient à plus de cinquante kilomètres de Stromness. La voie maritime étant écartée, il reste la traversée à pieds du massif montagneux.

Sir Shackleton prit la décision de partager l'équipe en deux et parti avec Merce et Crean. Ils marchèrent, grimpèrent, rampèrent, glissèrent, parfois dans la neige jusqu'à la taille, sans eau, leur ration de survie épuisées, à bout de force, ils atteignirent Stromness en 36 heures. L'apparition fantomatique de ces trois survivants 635 jours après leur départ, provoqua la stupeur chez les Norvégiens, qui peinèrent à les reconnaitre, tant leur physique et leurs accoutrements étaient ahurissant.

Shackleton avait réussi, ils avaient réussi à revenir d'entre les morts...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article